1.1.3 Anonymat

Je souhaite rester anonyme. Les préjugés contre les malades mentaux sont légions. Je vais vous narrer une anecdote révélatrice. Dans le cadre professionnel, on prend le café ensemble pour se raconter les derniers ragots du projet. Un des membres commença à exposer sa théorie fumeuse sur le directeur de projet. Son diagnostic était sans appel. Le type en question était bipolaire. Ce directeur de projet était sans aucun doute malfaisant, il était complétement con mais il n’était pas bipolaire. Je me prenais en pleine tête le préjugé bipo = être malfaisant. L’ironie dans tout ça est que j’aurais pu lui dire que cela faisait plus de 2 ans qu’il prenait le café avec un vrai bipo et que notre psychiatre en herbe n’avait rien remarqué!

La folie provoque des réactions contrastées. D’un certains côté, elle a une image positive. La créativité et le côté hors des normes sociales ont toujours été considérés comme des formes d’expression sympathiques des dingues plus ou moins doux. En outre, la folie, le religieux et le mystique fleurissent sur des racines communes. Mais, le négatif l’emporte de très loin. Les malades mentaux sont considérés comme des fous dangereux. Les journalistes n’hésitent pas, quand ils le peuvent, à nous faire part des antécédents psychiatriques des criminels. Ceci est sensé tout expliqué. Oui mais voilà tous les criminels n’ont pas d’antécédents psychiatriques. Dutroux est « sain d’esprit » si j’ose dire. Tous les malades mentaux ne sont pas des criminels. C’est un peu la même chose que le racisme envers les arabes. Ils y a des arabes criminels, la majorité ne l’est pas. Les journalistes s’abstiennent maintenant de faire le rapprochement entre un crime et l’origine ethnique de celui qui le perpètre. C’est heureux car ce n’est pas l’ethnie qui explique le crime. Pourrions-nous faire la même chose pour les malades mentaux ? Certes il existe des patients fou dangereux (comme il existe surement des arabes fou dangereux), mais l’immense majorité des malades mentaux (et des maghrébins d’ailleurs) est parfaitement pacifique et respecte les lois.

La bipolarité de type I touche 1% de la population. Que ferions avec 650 000 fous dangereux en France ? La population carcérale atteint environ 50 000 personnes. Si tous les bipos étaient des fous dangereux, on aurait un véritable problème de surpopulation dans les prisons.

Shakira / Loca
And I’m crazy, but you like it (loca, loca, loca)
You like that it ain’t easy (loca, loca, loca)
I’m crazy but you like it (loca, loca, loca)
Crazy but you like it