2.4.6 Sens

Science et religion. Deux magistères différents. L’une s’occupant du comment et l’autre du pourquoi. Je ne suis pas d’accord. Nous avons compris au fil des articles de ce blog que les messies et les prophètes sont l’expression d’un phénomène sous-jacent : l’hyperdominance. La science peut donc s’interroger sur le pourquoi de la religion et sur les créateurs de Dieu. Elle ne devrait pas être timide, elle ne l’est plus d’ailleurs, et devrait passer outre la respectueuse indifférence qu’elle a vis-à-vis de la religion. Il y’a beaucoup à comprendre en y réfléchissant. La théorie de la dominance nous permet de répondre à une question qui n’a pas effleuré grand monde. Pourquoi n’y a-t-il pas plus de messie, de prophète et de créateurs de Dieu ? La rareté du phénomène tient dans la rareté de l’hyperdominance. Nous avons tous un rang de dominance et nous nous répartissons dans la structure de dominance sans doute selon une loi normale. Plus on s’écarte de la moyenne plus la probabilité d’avoir un sujet hyperdominant est faible. D’autant plus faible que les hauts de dominance impliquent une inadaptation du sujet à l’environnement (manie) sauf dans de très rares exceptions (Jésus). L’hyperdominance est rare mais le phénomène auquel elle donne naissance est voué à se reproduire sous une forme ou une autre.

La théorie de la dominance n’est pas un athéisme. Elle dit simplement que la dominance est la cause probable de l’expression religieuse. Elle ne dit pas si dieu existe ou pas. Le dialogue de Nicodème montre d’une part que Jésus a vécu une NDE et, d’autre part, qu’il a pris conscience d’un signal reconnu inconsciemment par ses congénères. Le verset du vent nous révèle que Jésus a donné une interprétation religieuse d’un phénomène naturel de dominance qu’il était tout simplement le seul à percevoir. Des comportements inconscients et spontanés chez ses congénères étaient dirigés vers lui. Par exemple, son avis était brusquement devenu important pour la communauté et les gens se tournaient vers pour lui demander conseil. Jésus était devenu un leader naturel. Cela devait lui changer de la période d’avant son magistère où personne ne le connaissait. Mais ce n’était rien à côté d’autres comportements qu’il constatait. Je vais vous donner un exemple pour vous fixer les idées. Quand je suis en haut des gens m’abordent et je me souviens de l’exemple de cette femme qui me demanda où était la station de métro la plus proche. De l’autre côté de la rue, une station avec la signalétique habituelle qu’on ne peut pas manquer. Alors acte manqué ? Peut-être mais alors cela ne voudrait-il-pas dire que le but de l’inconscient est la gestion de la dominance chez l’être humain ? En tout cas c’est sûrement une de ses fonctions principales et Freud l’a manquée.

Sur la NDE, je ne peux rien dire, c’est une expérience subjective. Cette chose a-t-elle créé le monde ? Certes, c’est un phénomène puissant mais si une bombe nucléaire nous explosant à la figure constitue bien un phénomène puissant, je ne vais pas affirmer qu’il a créé le monde. Il n’y a aucune preuve mais une puissante interrogation : qu’est-ce que c’est que ce truc ? Je ne suis pas plus avancé que tout un chacun. Ma question est cependant plus précise et arrimée à une réalité subjectivement vécu.

La théorie de la dominance permet cependant de répondre à d’autres interrogations. Pourquoi Dieu doit il régner ? Pourquoi est-il une figure dominante ? Pourquoi, parmi toutes les interactions humaines possibles, c’est la soumission qu’ont choisie les créateurs de dieu ? La puissance qu’ils ont ressenti leur ont fait croire que ce sentiment était une extériorité. Il faut rendre justice à Nietzsche. Il a replacé cette extériorité « divine » dans l’intériorité du soi, dans notre aspiration à la puissance. Voilà la raison profonde de l’athéisme de Nietzsche, parmi tous les prophètes de la puissance, il est le seul à avoir osé intérioriser le sentiment de dominance (machtgefühl ou sentiment de puissance). Alors Nietzche ou Jésus ? Je ne choisis pas, le devrais-je ? Il faut penser la dominance à la lumière de mes céphéides de faïence. L’une étant plus brillante que l’autre et il me suffit de lire la vie du Christ dans le livre sacré pour me donner une idée de ce que l’hyperdominant voyait. Quand Jésus dit « Demandez et l’on vous donnera », il ne fait que relater sa vie personnelle avec son statut de dominant ou si vous préférez avec « Dieu en lui ».

Même si la structure de dominance repose sur l’inconscient, nous en avons une intuition et nous nommons le phénomène avec des mots mystérieux : Amour, Religion, charisme, spiritualité. Nous savons confusément de quoi nous parlons mais nous ne savons pas sur quoi reposent ces mots ou ces impressions. Le signal honnête de dominance est le fondement de la structure de dominance. Perçu par l’inconscient, il régule les comportements sociaux et, laissé à sa seule force, il régule l’allocation des ressources (« Demandez et l’on vous donnera »). La réalité est complexe car la structure de dominance interagit avec l’organisation sociale avec ses structures locales de domination consciente. L’homme est conscient de lui-même et il entre en quelque sorte en compétition avec le signal honnête. Ce signal honnête il existe. Il est variable. S’il n’existe pas je suis alors le dernier messie cosmo planétaire (et j’ajouterais inter galaxial). Mais cette explication ne serait pas satisfaisante pour l’esprit. Pourquoi dieu voudrait-il que je sois un Casanova, que les gens se comportent bizarrement à mon égard ? Tout cela n’a pas de sens. La seule chose qui fait sens est la présence de ce signal éthologique de dominance.

Le sens est une question fondamentale, en effet. La philosophie et la religion en ont abondement parlé. Mais, dans leurs discours intellectuels ou spirituels, elles ont oublié qu’est ce qui fait vraiment sens pour un être humain. Il n’y a qu’à adopter une démarche expérimentale. Observez le dépressif, la vie ne fait plus aucun sens pour lui. Observez le maniaque, qu’est ce qui fait plus de sens que de se prendre pour un Messie, Napoléon ou la Vierge Marie ? Entre les deux un dégradé de sens. La dominance donne le sens à nos actes nos pensées en eux-mêmes grâce à l’estime de soi qui donne une sureté à nos activités. Aucun raisonnement intellectuel n’est nécessaire pour démasquer le sens, il est là. Il donne une coloration affective positive à votre être. N’est-ce pas le sens que nous décrit Jésus, une légère crise d’hypomanie ? Joie et estime de soi sont le sens naturel. Après les grandes théories conscientes sont intéressantes mais moi je préfère celle-là. Et, dans le verset suivant, on voit encore la notion d’inconscient = caché. L’homme qui atteint l’hyperdominance est le seul à savoir son nouveau rang. Les autres changent leurs comportements inconsciemment. Le trésor est donc caché et donne la joie et un nouveau sens à sa vie. Jésus ne dit rien au hasard…Il ne fait que rendre compte de ce qu’il est le seul à voir. Voir comme voir des montagnes, des torrents et des arbres. Voir la vie selon la perspective de l’hyperdominant.

Matthieu 13
44 Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache; et dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ.

Tanita Tikaram / Twist in my sobriety
I don’t care about their different thoughts
Different thoughts are good for me