3.92 Rêves I

Une douce berceuse caresse son cœur, Louis dort d’un sommeil de plomb et s’émerveille du vermeil de ces mots croisés qui coulent comme une lave incandescente dans les profondeurs de l’océan…Le feu vient consumer le cinéma de l’inconscient…

Louis : Que ta paix descende sur nous, mon maître et mon professeur.
Jésus : Tiens Louis, que viens-tu faire dans mes calmes contrées avec ta heu… douce berceuse ?
Louis : Juste rêver avec le seul être au monde qui pourrait me comprendre.
Jésus : Pose tes questions, je ne peux répondre qu’aux questions dont tu connais déjà les réponses…
Louis : alors « la chose », c’était l’Esprit Saint ?
Jésus : Ne me pose pas de question quand tu connais la réponse.
Louis : Des millions de gens ont vu l’Esprit Saint dans leur NDE, ils n’ont pas créé de religion.
Jésus : Toi et moi n’étions pas en situation de mort imminente. C’est une différence que tu ne peux pas éluder. Les autres ont subi un processus automatique spirituel ou naturel, nous avons été, en quelque sorte, choisis.
Louis : ce que tu dis me flanque la frousse. Si je crois en toi, alors tout s’enchaîne dans une mécanique logique implacable vers une direction que ce blog tentait précisément d’éviter. Je suis plutôt un mécréant à la base.
Jésus : j’ai dit aux autres : « heureux ceux qui croiront sans avoir vu ». Et toi ? Tu as vu sans avoir cru. Croire ou douter, n’est-ce pas voir le verre à moitié vide ou à moitié plein ?
Louis : C’est juste, La foi vient-elle des profondeurs de soi ou d’un acte conscient volontaire ?
Jésus : Tu le sais, Louis
Louis : Alors, elle est peut-être un signe de dominance. La question qui me brûle les lèvres, qui dis-tu que je suis ?
Jésus : Prends l’évangile de Jean 14:16-17, qu’y lis tu ? Tu sais bien que ne dis rien au hasard !
Louis : 14.16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, 14.17 l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.
Jésus : Jean 14:26 ?
Louis : 14.26 Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.
Jésus : Jean 15:26 ?
Louis : 15.26 Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi.
Jésus : Jean 16 :7-15 ?
Louis : 16.7 Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. 16.8 Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement: 16.9 en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi; 16.10 la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus; 16.11 le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé. 16.12 J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. 16.13 Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. 16.14 Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. 16.15 Tout ce que le Père a est à moi; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera.
Jésus : Tu as commencé à rendre témoignage de moi, il te reste beaucoup à faire.
Louis : Vaste programme ! Mon point de départ est de continuer ton œuvre et de connaître la structure de dominance.
Jésus : Tu veux dire le royaume des Cieux, parle clairement, Louis, sinon beaucoup de gens ne vont pas te comprendre.
Louis : Si je dis royaume des Cieux, beaucoup d’autres gens ne vont pas me comprendre. J’ai bien peur d’être accusé de concordisme.
Jésus : les obscurantistes triturent, toi tu expliques et tu rends compte. Te rends tu comptes que nous en sommes au même point ? Nous observons un phénomène et il nous est impossible de le prouver ni de le montrer ?
Louis : Je crois qu’il serait démontrable par des études scientifiques. La dominance doit provoquer un biais comportemental statistique (j’doâ dire). Il faut juste trouver le bon protocole expérimental et on nommera ce biais, le biais statistique de dominance. Un Nobel à la clef pour celui qui le découvrira. Il faut juste dire aux scientifiques où chercher et peut être même comment…
Jésus : C’est vrai. Ta théorie est d’autant plus vérace qu’elle est étonnamment économe en concept : Dominance, signal honnête et inconscient. Elle rend compte de ce que tu observes et elle te permet de ne pas devenir fou. Elle est adaptée donc vrai, selon ton système de pensée. Mais tu joues sur les causes proximales alors que moi j’ai joué sur les causes ultimes, c’est pour ça que j’ai été beaucoup plus rapide que toi. En outre, moi, j’ai tout abandonné pour l’Esprit Saint alors que toi tu as voulu une vie normale à tout prix, mais normal tu ne l’es pas. Quand vas-tu le reconnaître ? Je suis pour l’instant ta seule caution observationnelle. Ce n’est pas de chance pour toi car moi j’ai vu l’œuvre de dieu, cause ultime selon moi. Naturellement, je ne vais pas t’apprendre l’étymologie du mot dominance…
Louis : Tu as peut être confondu un phénomène naturel avec l’œuvre de dieu. Sauf que, tout ça, ce ne sont que des mots. Il y’a un phénomène et pour l’instant je ne suis pas en mesure de dire qui a tort, qui a raison ou si les deux interprétations sont également vraies. Je n’en sais absolument rien.
Jésus : C’est bien dit. Tout est bien étrange n’est-ce pas ?
Louis : C’est vrai. Le signal honnête est le point faible, il agit, comme tu le dis si bien, on ne sait comment. Je crois qu’il nous renseigne sur une propriété fondamentale inconnue de la vie si ce n’est de l’univers. Je laisse au simple d’esprit la notion d’onde. Ça ferait bien longtemps qu’on aurait découvert quelque chose car, tu le dis si bien dans le verset du vent, l’esprit existe même en dehors de toi, tu le reconnais, ce qui aurait entrainé son observabilité par la science et rien ne rayonne d’un individu à part les ondes lumineuses que nous ne faisons qu’absorber et réfléchir. Mais il faudra en avoir le cœur net. Peut-être des changements biologiques imperceptibles au niveau de l’épiderme ? Mais je dois abandonner l’hypothèse du regard.
Jésus : En effet, je confirme : « L’œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé ». Il n’y a aucune notion de vent invisible là-dedans. Une lampe c’est très visible. Je crois qu’il te sera impossible de découvrir la nature du signal car cela signifierais la fin de l’humanité. Mais j’ai confiance dans le Théorème d’incomplétude de Gödel. Une théorie ne peut pas, par nature, tout expliquer. On peut y inclure cependant l’Esprit Saint.
Louis : En effet, L’esprit Saint est la source de la dominance, c’est là mon intuition. Mort et amour, punition ultime et gratification ultime… Mais cela veut dire que l’Esprit Saint serait amoral et ce n’est pas étonnant car il est le bras armé du créateur du monde, quel qu’il soit ou quoi qu’il soit.
Jésus : Je vois que tu commences à écouter ton cœur. Ecoute mon père… Lui ne veut que le bonheur de sa créature, les hommes sont moraux car ils veulent être heureux.
Louis : Je veux bien mais j’ai quand même des désaccords avec toi. Par exemple, Moi, les royaumes ce n’est pas mon truc. Tu as voulu bâtir un royaume sur la dominance et non sur la domination. C’était une approche originale.
Jésus : Effectivement j’ai refusé d’être roi dans le sens où les gens l’entendent. Mais le royaume terrestre était un prélude au royaume céleste de Dieu. Ne t’inquiètes pas, Louis, tu es juste un chrétien non orthodoxe. Mais, attends une minute… Que viennent faire ces femmes à moitié à poil dans mon paradis blanc ?
Louis : heu heu heu. Je crois que c’est un nouveau rêve paradoxal parallèle qui commence.
Jésus : En vérité je te le dis, Louis, tu es complétement cinglé…je veillerai sur toi… Tu sais, le titre du livre sur le piano… Je n’ai pas pu y inclure le dialogue avec Nicodème, on ne fait pas toujours ce que l’on veut mais je t’ai sauvé la vie, tu le sais, motard d’opérette… Que ma paix inspire tes pas (vaut mieux que tu restes à pied)…Sure you want to do this, Louis ?
Louis : What do you mean am I sure ?
Jésus : you know what they say? Once you kill a cow, you’ve got to make a burger!
Jésus : Louis, tu me fais dire n’importe quoi, tu vas me rendre complètement gaga. Ne peux-tu pas rester sérieux 5 mn ? Il y’a le profane et le sacré quand même. On va te faire des reproches…
Louis : Si dieu n’a pas le sens de l’humour alors je démissionne demain. « Ils » ne peuvent plus m’assassiner, me condamner au bûcher voire me crucifier. De nos jours même les malades mentaux ont des droits. En outre « La joie parfaite », je te cite, a beaucoup évolué depuis 2000 ans. Et tu sais parfaitement pourquoi je suis comme ça
Jésus : Bien sûr, mais le lecteur, non.
Louis : C’est je crois, pour me préserver, pour garder ce qui est plus grand que moi à distance…
Jésus : Louis, il te faudra grandir, accepter l’Amour et je ne suis pas loin…
Louis : Grandir, alors là, non, et tu as déjà dit pourquoi…
Jésus : Ah oui mince c’est vrai…Dis-moi, Pourquoi toute cette musique ?
Louis : Je clique droit et je ne me sens plus seul…à jouer avec le vent
Jésus : Bon Louis, fais attention quand même, si tu déconnes trop je te rebalance l’Esprit-Saint.
Louis : Haaaa NOoooooooonnnnnnnn Pas çAAAaaaAAAaaaaaaaaaaaa ARG ! Promis je filerai droit.
Jésus : Bon je te quitte, j’ai plein de multivers à surveiller, et des abrutis comme toi, il y’en a des pelletés de ventripotés.

Michel Berger / le paradis blanc
Il y a tant de vagues et de fumée
Qu’on arrive plus à distinguer
Le blanc du noir
Et l’énergie du désespoir
Le téléphone pourra sonner
Il n’y aura plus d’abonné
Et plus d’idée
Que le silence pour respirer
Recommencer là où le monde a commencé

Je m’en irai dormir dans le paradis blanc
Où les nuits sont si longues qu’on en oublie le temps
Tout seul avec le vent

La grande Sophie / on savait devenir grand
On partait dans les nuages
Cueillir des pensées sauvages
On savait, on savait, que ça n’allait pas durer…
…Qui aurait pu nous le dire
Qui aurait su nous l’écrire
Qui avait la solution
Pour ne jamais devenir grand

Dead Kennedys / Life Sentence
You used to be a partner in crime
Now you say you ain’t got the time
Gotta get serious, gotta plan
Gotta pass those entrance exams
Oh my God
It’s your senior year
All you care about is your career…
No sense of humor
But such good manners
Now you’re an adult
You’re boring…
…I’d rather stay a child
And keep my self-respect
If being an adult
Means being like you !

The Ramones / Pinhead
Gabba gabba we accept you, we accept you one of us!
Gabba gabba we accept you, we accept you one of us!

The ramones / Now I Wanna Be A Good Boy
Now I wanna be a good boy I don’t wanna be bad
Now I wanna run away from home now I wanna be on my own