3.999 Porn Culture_OLD

Qui se souvient encore de Marie Laure Augry?

Hier…et pour combien de temps ?


Aujourd’hui…La situation n’est plus aussi extrêmement difficile…


Et demain…ou maintenant…


Cohérence éditoriale de la rédaction du journal de droite à fort tirage national. On dénonce les méfaits de la pornographie…


… et on en fait la promotion tout en la banalisant.


Enfin, de toute façon ce qui compte, ce n’est pas le viol. Ce sont les commentaires. On est tous rassuré. Se rendent ils compte parfois de ce qu’ils écrivent ?


Du moment que la liberté d’expression n’est pas menacée, tout le monde est de bon poil… Les Goebbels peroxydées adoptent les codes du porno pour nous vendre quoi ? Je ne sais pas, je manque de concentration. Les nichons sont à la fois le message et le médium en ce qui me concerne. Une pub pour déodorant, pour cornichon ou pour l’enrôlement dans la marine nationale ? Les misogynes peinturlurées de l’enturlutance vous saluent bien. Elles sont créatures de journaliste, seul capable de fabriquer du néant à partir du corps. Paissez les pourceaux ! Les océans du vide n’attendent que la moisson.


Conclusion : c’est toujours du côté de la braguette qu’on se fout de notre gueule. Il ne s’agit pas d’être bégueule, les culs et les pipes existent depuis des dizaines de millier d’années. Il s’agit de se rendre compte que la manipulation est grossière. Les mèmes pornographiques ont envahi la sphère journalistique public à but lucratif. L’agora est peuplée de préservatif à tête multiple. A chaque con sa couleur, c’est pratique pour s’y retrouver. On peut s’en réjouir ou le déplorer. Mais sait-on vraiment où on va ?

Guns’n Roses / Pretty tied up
She’s pretty tied up
Hangin’ upside down
She’s pretty tied up
An you can ride her
She’s pretty tied up
Hangin’ upside down
I can’t tell you she’s the right one