4.002 Propagande

(Pour supprimer la marge gauche, cliquer sur le titre ci-dessus)

Lorsque mon esprit est confronté à un réseau de messages ou de signes censés susciter ou alimenter la réflexion, il a deux modes de réactions. Les réactions émotionnelles du sale gosse et la sagesse d’une quarantaine bien entamée. Ces deux modes, l’un affectif, l’autre logique, ne sont en rien incompatibles. Ils s’alimentent l’un, l’autre. Sans émotion, pas de pensée nous dit Damasio, neurologue brillant, auteur d’une série d’ouvrage passionnant sur le sujet. Les émotions ou plus précisément l’histoire de nos émotions balisent le chemin de notre pensée. Le sale gosse et le vieux sage dialogue continuellement dans mon esprit. Le premier envie la profondeur du second, tandis que le second est jaloux de l’impétuosité du premier. Ma pensée se nourrit de beaucoup de tension non résolue, et cette tension de génération est sans doute l’une des plus fécondes. La créativité propre à mon état vient orchestrer les voix qui constituent la mélodie jamais achevée de mon hémisphère gauche. Deux types de créativité sont à distinguer. L’une est dangereuse, l’autre est formatrice. La créativité ouverte ne veut connaitre aucune sanction, elle s’exhibe et trouve dans cette attitude non pas une limite mais une récompense. La créativité contrainte veut se frotter à quelque chose, elle est comme le chat qui essaye toutes les positions possibles lorsqu’il est prisonnier d’une nasse. Elle est dirigée vers la résolution de problème. On m’a appris que j’étais un problème à l’âge de 27 ans. Un problème intéressant.

Il n’y a pas de pensée possible sans mémoire, un processeur efficace n’est rien sans sa ROM et sa RAM. Ma mémoire est atypique. Elle s’exprime par rapprochement de faits, de textes, de mots, d’émotions. Elle n’est ni une mémoire de récit ni un mode de stockage de type photographique. Elle s’active par les associations d’idées, de symboles ou de mots. Ma mère me fait part de l’achat d’un nouveau lit deux fois en trois jours avec les mêmes termes. Je ne faisais pas attention avant. Je remarquais mais n’intellectualisais pas. Les différentes modalités de mémoire et leurs intensités de développement associées conditionnent en partie la personnalité des individus. J’ai appris récemment que je différais complétement des autres à ce niveau. La haine que je voue aux médias et à la publicité était instinctive ; elle est désormais expliquée. La répétition de pensées simplistes et courtes est la base de la manipulation. Une intention manipulatrice se complète d’un recours sans vergogne à l’émotionnel. L’émotionnel est par nature un jeu d’influence réciproque. Les médias le savent bien. Ils miment cette communication pour deux raisons principales. L’émotionnel crée l’addiction donc l’audience, il favorise la manipulation journalière grossière des curetons journalistiques télévisuels. Ces derniers n’hésitent pas à se mettre en scène et à scénariser les reportages : petites musiques d’ambiances, micro trottoirs, inondation : 20 minutes pour nous montrer et nous remontrer de la flotte et les débordements émotionnels de ceux qui ont tout perdu… jusqu’aux indemnisations des assurances. Un impératif : nous infliger leur courage les pieds dans l’eau et leur compassion frelatée. Leur vertu dépasse de loin celle des véritables gens sur le terrain qui se battent contre toute sorte de plaies fabricant ces temps-ci de l’affliction à la chaîne. L’émotionnel ne doit pas être exclu. Un juste ratio entre affect et logique dénote un travail de journaliste honnête. Ils sont rares car la mort a tendance à occire de manière répétitive en verlan.

Je suis donc anormalement compétent dans l’art de débusquer la manipulation qui me donne de l’urticaire. La publicité me donne des démangeaisons au cerveau. Si vous l’êtes aussi, je vous conseille d’équiper votre navigateur d’un dispositif anti pub type adblock. Vous pouvez aussi éviter le démarchage téléphonique par le dispositif gouvernemental bloctel. L’objet de la communication peut être juste, la manipulation la disqualifie immédiatement à mes yeux. En outre, la justice ces temps-ci semblent plus être le résultat d’un rapport de force communautaire qu’une réflexion universaliste pertinente sur l’égalité et ses ruptures. L’anathème broie la réflexion, elle est l’arme des indigents qui nous réduisent à la plus simple des expressions. Je n’aime pas qu’on m’éduque. Les bons et les méchants ça suffit. « Quelle volonté de puissance s’exprime là » s’interroge le philosophe. L’héritage du sale gosse a été transmis intact au vieux sage sans droit de succession. Rien ni personne ne va m’enseigner le bien et le mal. Rien n’emporte jamais ma décision. Ceux qui veulent me forcer la main en perçant le coffre de mon Esprit se retrouveront comme le voleur perdu dans la maison vide. Je n’ai aucune opinion tranchée sur rien. Dans ma maison cohabite d’innombrables esprits, des fantômes moqueurs se riant des boulets pesants dont les autres s’affublent. Leur détestable lâcheté se soumet aux intérêts du plus fort. Elle ne médit jamais de peur de déplaire. Elle se croit loup alors qu’elle est mouton guidé par un berger perfide, aigrefin et rassemblant sous sa coupe huit milliards de crétins asservis, à par certains de ses amis du même monde que lui. Il se trouvera toujours un Esprit pour vous accueillir. Celui au multiple bras travaille à la chaine. Il affectionne le doigté, si caractéristique de son urbanité.

Je vais tenter de montrer comment mon cerveau est agressé. Lorsque je veux m’informer rapidement, je vais sur un site par habitude. Appelons ce site torchon.fr. Les copies d’écran sont toutes issues de la première page web de ce site de droite soi disant conservatrice. Des additifs sont visiblement ajoutés qui rendent sa ligne éditoriale complètement illisible. Les gens qui gèrent ce site sont une bande de con. On commence. A la manière du sale gosse, le vieux sage est un peu ennuyeux.

Ce premier extrait est intéressant. Il va donner le la. Un esprit logique fait l’hypothèse qu’il existe sur terre deux sexes : Les hommes et les femmes. Les gros caractères sont manipulateurs. La locution « plus de fonds » est d’une ambiguïté sauvage. Plus de fond que les hommes ? Plus de fond en 2015 qu’en 2014 ? Si vous ne lisez pas les petits caractères, vous êtes manipulés même si on ne comprend pas exactement ce que la fiente emplumée veut dire. Les femmes représentent 15% des créations des start up du numérique. Cela veut dire que 85% le sont par des hommes. Si vous ne lisez que les gros caractères, vous pouvez penser que les femmes sont supérieures aux hommes dans la levée de fond. C’est totalement faux. Le but manipulateur est ici de suggérer la supériorité de la femme sur l’homme. La « femme » de torchon.fr ne recherche pas l’égalité avec les hommes, elle recherche la supériorité. La manipulation est grossière et scandaleuse. En outre, lever des fonds dans le process entrepreneurial ne préjuge pas du succès d’une entreprise. Surtout dans le domaine des start up.


On se demande vraiment où est le sexisme. Le journaliste a visiblement une vision sexuée du succès. Les hommes sont des gros cons. On ne les regarde même pas, ils sont moches et laids. Par contre les deux gourdes gagnantes d’un jeu aux dés pipés ont l’air épanouies.


Non content d’être moches et laids, les hommes sont en plus des gros niais. La femme domine l’homme depuis le commencement de la conscience. Elles sont consciencieuses depuis la nuit des temps.


C’est bien connu, les femmes sont super intelligentes. Les hommes sont des abrutis. A quand un accroissement de la gente masculine en fac de psycho ? Peut-être que le salmigondis freudien disparaîtrait enfin en France ?

.

L’éternelle ritournelle, bouhou bouhou on est discriminé et pourtant on est super intelligente. Comme si l’intelligence seule amenait aux postes de pouvoir. Je l’ai compris, je n’aime pas le pouvoir. Et je ne me plains pas. Les dirigeants, je les emmerde qu’ils soient homme ou femme.


Ouais ben y’a des raisons, quoi merde, elles se plantent comme tout le monde, les surfemmes.


Celle-là, je ne sais pas où ils sont allés la chercher. C’est sûr, quand on n’est pas stressé, on peut planifier longtemps à l’avance. Les hommes sont beaucoup plus flexibles que les femmes. Oui, je suis de mauvaise foi et alors. Torchon.fr l’est autant que moi. Que vont-ils nous apprendre prochainement ? Que les femmes passent moins de temps aux chiottes que les hommes ? Arrêtez le délire !


Bon rien de spéciale, la routine quoi…. Les ricains sont responsables de millions de mort, des femmes, des enfants. Leurs avis ou classements compulsifs hautement médiatisés pour dénigrer les autres, je n’en ai rien à secouer. Ils ne doivent pas être bien loin du communisme. Les nazis sont des enfants de chœurs. Comparez le nombre de mort à la seconde provoqué par la svastika et les deux bombes atomiques made in America. Refaites bien les calculs en considérant cette fois qu’un mort arabe est égal à un mort américain L’oncle Sam rafle tous les prix d’excellence. Il en a l’habitude. Le libre-échange, c’est la liberté d’entuber son prochain dans l’unique but de produire des armes de destruction massive. Et eux, on est sûr qu’ils en ont. Beaucoup.


Les hommes s’occuperont beaucoup mieux de leurs gosses que les femmes. Vivement le temps où elles squatteront tous les postes de l’Entreprise, monde béni de l’épanouissement humain. Quand nous aurons été éjectés de ces groupuscules à la fois soviétiques et fascistes, nous pourrons enfin nous concentrer sur notre cœur de business : faire les cons, faire la guerre, faire des 400m départ arrêté. Les femmes seront satisfaites d’avoir enfin accédé aux plus hautes tâches ménagères. Grosso merdo, s’occuper d’une très grosse cuisine et réprimander des gosses cupides en les menaçant de les priver de quatre heure.


Discrimination positive, j’ignorais que cela existait en France. Les postes occupés par des femmes seront suspects. Après la suspicion du canapé, viendra celle du favoritisme du genre humain unique. Est-ce un bon service que l’on rend aux femmes vraiment compétentes ? De toute façon les conseils d’administrations, on y roupille, jacte et fume de gros cigare. Gérer un service opérationnel de 200 personnes, c’est pas assez smart pour les « femmes » de torchon.fr.


Les femmes ont une double vie, comme les hommes… La femme de torchon.Fr souffre d’un complexe évident de supériorité. C’est tellement gros que ça passe comme une lettre à la poste. Un cas sur un million devient le cas général. Salopard de journaleux. Franchement, qu’est-ce que j’en ai à foutre qu’elles sucent la queue des capitalistes. C’mon be my guest.


Mensonge éhonté, manipulation. Hillary n’est pas encore présidente des US à l’heure où j’écris ce post. C’est juste une femme de. Le plus humiliant des statuts. A ce titre elle est blindée de relations. Elle a gardé son mari malgré la propension de Bill à jouer avec ses boules. Deuxième humiliation.


Après l’élection de Trump…. Des puissances disparaissent, et on gratte les fonds de tiroir. Le tout, c’est de montrer des femmes puissantes… Celle de gauche, pas élue, femme de, au milieu à gauche, connait pas, Merkel, ok d’accord, Lagarde, nommée par le fait du prince, disparaîtra quand elle sera inculpée ? Par contre la Sud Coréennes suspectée de corruption, no see, normale, pas dans le focus du service propagande de torchon.Fr.


Agagaga j’ai peur….


Les femmes s’adorent, elles représentent l’amour et la paix sur la terre…. Lorsque la conquête du monde sera achevée, comment dire, rien n’aura vraiment beaucoup changé.


Quand une femme tue, c’est une psychopathe irresponsable qui mérite toute notre compassion. Quand c’est un homme, c’est un salaud de criminel.


Voilà où on en arrive avec la dialectique Freudienne, on se fout de notre gueule…déni de grossesse, même connerie pour couvrir des agissements de criminels déviants. Le frère de mon meilleur pote a été assassiné par sa femme. C’est fou ce qu’un couteau de boucher rend les femmes et les hommes soudainement égaux. Et bien sûr l’avocat a tenté de plaider la folie. Les femmes sont aussi violentes que les hommes. Les femmes, par contre, ont toutes les excuses psychologisantes…Dans l’inconscient collectif une femme ne PEUT PAS être violente. C’est faux, archi faux. Le mème est pourtant propagé par torchon.Fr.


La loi et l’ordre selon torchon.fr, en gros caractère. En petit caractère, quand vous êtes une femme vous pouvez poignarder tant que vous voulez, pas de prison ferme. Open bar. On respire.


A torchon.fr, on aime et on respecte tellement les femmes.. Une bonne paire de nichon consensuelle n’est pas inutile pour appuyer le propos (si j’ose dire). Je ne vois jamais de queue bien turgescente. Inégalité. Il y’a gradation de l’érogène chez la femme, ce qui permet le racolage.


A torchon.fr, l’humour est puni de la censure la plus stricte.



Ha mais si, Ils ont de la suite dans les idées. La « femme » de torchon.fr n’est plus clitoridienne, elle est nombriliste. Le problème de la déforestation pubienne n’est pas abordé. C’est inacceptable pour un grand quotidien d’information de qualité. L’habitat naturel du morbak est menacé par des pratiques régressives. La ministre de l’environnement préconise le ticket de métro. Car, c’est bien connu, le ticket de métro, c’est mieux pour l’environnement.


Bon on y arrive doucement, encore un petit effort… Une femme qui baisse son froc…Et des questions quasi existentielles.


Belle superposition d’article. L’érotisme, contrairement à ce que sainte Thérèse prétend est ce que le bedo est à la coke. Un produit d’appel. Du cul du cul, du cul… Vous ne trouvez pas qu’ils se foutent de nous ?


Ha quelle louable intention… partout l’image de la « femme » de torchon.fr doit être positive….


Même dans les films X que Torchon.fr ne manque pas de promouvoir…. La femme y est à son avantage, c’est bien connu.


De toute façon à Torchon.Fr, on connait le vocabulaire du porno par cœur. C’est pour mieux transmettre le respect des femmes on vous dit ! Enfin moi, je pisserai plus dans le lavabo comme dirait les inconnus.


 

Rire….. Journal féminin OK, mais première page du site, hum..à voir…. Le racolage caracole en tête du côté de la cavalcade des maracas. Même quand la femme se masturbe, elle est plus compliquée, plus intelligente…


Bien mais désolé en trois mois la situation a vite changé. Décidemment les comportements changent à la vitesse de la lumière. De qui se moque-t-on ? Et là, il s’agit d’étude scientifique, pas de ragot colporté en salle de rédaction par des journalistes portés par l’euphorie imbibée de leur propre grivoiserie. En tout cas on a un ou une journaliste qui suit la masturbation de très près à torchon.Fr.


Racolage, les preuves. Du cul, du cul, du cul. J’ai cliqué et constaté que les nichons de madame Fleurot sont époustouflants. Il est important que nous soyons rassurés sur l’avenir du nichon naturel, seul à même de garantir les conditions de sécurité maximum de certaines pratiques cochonnes que ma morale approuve. La position de la levrette horizontale ne doit pas devenir un feu d’artifice de sang et de silicone. Un Robert n’est pas un bouton d’acné, La rousse Audrey le sait parfaitement. Des gesticulations dans des lieux puant la sueur non rémunérée et la culpabilité de bouffer mettent gravement en danger l’intégrité graisseuse des protubérances mammaires. Nichon comes first ®


Ecrit en tout petit, Oui les vraies femmes se prennent aussi des gadins, comme les hommes. Ce n’est pas une race supérieure. On apprend toutefois très tôt en optique que seul un gourdin peut créer des zones d’ombre. Je n’ai jamais vu un vagin indiquer l’heure sur un cadran solaire antique. Les romains étaient d’un sexisme affligeant.


La « femme » de torchon.fr subit une pression incroyable. Si vous n’êtes pas capable, c’est que vous êtes nulles, faibles. Non mais regardez ce corps. Non contente de nous emmerder, la « femme » de torchon.fr veut nous priver de nichon et de fesse. En plus on va devoir faire la bouffe parce que là, je n’ai plus confiance. Beurk. Arf… C’est un complot. Non, une régression linéaire, filiforme. Va falloir bientôt opter pour les poupées gonflables nettement moins gonflantes. Au moins, on est sûr qu’elles ne pètent pas au lit dans les conditions normales d’utilisation. Je suis sûr que Torchon.fr va nous faire un article gonflé : « les femmes pètent plus moins au lit que les hommes ». Ce jeu concours va transformer les plumards en montgolfière. On va enfin atteindre le septième ciel au pieu. Le cours du flageolet va crever le plafond. Vous n’en croirez pas vos yeux, vos narines et vos lentilles de contact. Les couples ne pourront plus se sentir, la sodomie sera interdite par simple effet de souffle. L’avenir sans gosse est radieux, la contraception radicale par sustentation magnétique supra conductrice sans aimant.


Pour les mecs ? Faites-vous plaisir… A nous les poulets rôtis, cassoulets, confit de canard. Le péché de chair ne sera plus sexuel et il donnera sans doute plus de plaisir.


Traduction cynique de très mauvaise foi…les femmes sont prêtes à recevoir des baffes tant qu’elles profitent du pognon. Belle image de la femme qui est donnée là. Incapable de prendre des décisions rationnelles par elle-même. Ceci est une apologie et une justification de l’état islamique : les femmes sont incapables de décisions par elle-même, il leur faut donc un mari qui décide de tout. Encore de la manipulation entre les gros et les petits caractères. Plus sérieusement, le phénomène est peanuts comparé à la population des EU. Les hommes ne sont pas violeurs, frappeurs sur une large échelle. Les insinuations du gros titre sont intolérables.


On continue sur le cœur des chounieuses, éternelles victimes … être femme, c’est pas rose, c’est morose, c’est leur destin. La « femme » de torchon.fr veut tout conquérir par la sempiternelle complainte de la victimisation permanente. Vous croyez que les directrices que j’ai connues achèteraient ce genre de jérémiades ?







On termine par celle-ci particulièrement dégeulasse.


Après cela, on décide de prendre l’air et de se promener dans Paris, héééé merde…..1984….Ôte toi de mon soleil, ma grande, nous ne sommes pas issus du même tonneau. Moi quand je me masturbe, c’est de la philosophie alimentaire. Malthus n’a rien inventé.


De retour à la maison, vous allumez la télévision. Et vous comprenez à quoi sert cette massive dépense d’énergie médiatique : obtenir un avantage rhétorique compétitif avec une communauté fabriquée de toute pièce par la publicité, les médias, les journalistes et la communication : la femme journaliste battante a raison parce qu’elle est une femme, ni plus ni moins. Fermez vos gueules, next point. Je ne porte pas de jugement intellectuel sur Zemmour qui ne se démonte pas. Le contexte qui amène le dialogue est habituel dans les médias. On se balance à la figure la Shoah, les juifs, les symboles de l’extrême droite, Pétain, Le Pen, Soral pour bien montrer aux cons où sont les bons et les méchants. LCI, c’est Albator et Candy 24/24. Enfin, quand on a plus rien à dire et parce qu’on est à son tour malmené, on dit qu’on est une femme et le stimulus fourbe est sensé fermer votre gueule. Après avoir traité quelqu’un de nazi par des détours symboliques, il n’est pas exactement étonnant que le « nazi » se défende. On ne combat en rien le sexisme, on se donne ou on tente de se donner un avantage dialectique en s’adressant aux groupes des copines féministes virtuelles. Le signal force votre cerveau à lutter contre la marée de merde décrite dans cet article. C’est désolant. Voyez comme le méchant mec m’agresse moi la courageuse, l’intelligente journaliste qui a tout bon sur tous les sujets et qui peut faire fermer sa gueule a un crétin phallocrate, tout le monde le sait, qui, quoi qu’il pense, a écrit quand même un bouquin de 450 pages qui se vend plus que ceux de BHL. Zemmour n’est pas innocent non plus. Chacun cherche la pureté de l’opinion. Le débat en France, il en est là. On est passé de la pureté de la race à celle de la vertu, de préférence médiatique. De l’invective discrète aux insultes directes, des petits signaux aux communautés créées de toute pièce ou renforcées par les mass médias pour créer non pas de la tolérance mais de l’influence, du conflit, on le voit bien, du crétinisme troupeauïdal, on le voit moins, et finalement, de la haine. Cet exemple est frappant. A mon échelle, une femme est stupide parce qu’elle est stupide, pas parce qu’elle est une femme. Une femme est une connasse, non pas parce qu’elle est une femme, mais parce qu’elle est journaliste de télévision. Je suis peut-être sexiste si la démonstration est faîte que le ou la journaliste de télévision appartient à un genre distinct. Des anges.

Zemmour : « Vous posez des questions stupides »
Crespo Mara : « … parce que je suis une femme »
Zemmour : « C’est sans doute vrai si vous le pensez »

Pour sauver l’amour entre les hommes et les femmes, il faut espérer que le torchon brule car il nous enfume déjà grâce à un tirage illimité. Que dire ? Je suis un gros phallo ? Misogyne ? Je ne réponds pas aux anathèmes, les bons et les méchants, toujours… Je me contente de rappeler les principes. Stricte égalité entre les hommes et les femmes. Et cela vaut pour la communication. La communication est une arme de lâche, de fourbe et de vendu, les marchands l’utilisent de façon massive. Torchon.fr, média de masse, par sa ligne éditoriale erratique va complétement à l’encontre de la mission dont il se croit investi. Un de ses concurrents du soir propose des articles de fond. Il n’assure pas son fond de commerce par les fonds de culotte. Le féminisme exprimé n’est pas caricatural, et on n’est pas agressé par une paire de nibard durant la lecture des articles. La condition féminine vue par Torchon.fr, c’est du Goebbels pour les simples d’esprit. Son seul concurrent ? Les fémens. La condition de la femme doit être pensée soigneusement. La condition de toutes les femmes. Comme les hommes, elles ont des aspirations différentes. La société doit leur ouvrir tout l’espace des possibles, nous y arriverons par l’imagination, les idées, les petits riens qui font un grand tout. Pas par des manipulations de torchon d’écrivaillon prenant l’inspiration dans les remugles des dépotoirs démagogiques. Les discriminations existent. La meilleure réponse que peut leurs opposer une femme, c’est d’écouter son cœur de battante. Je suis consultant depuis 18 ans. J’ai rencontré des femmes formidables, d’autres moins, des leaders, des experts. Les cons qui planifient des réunions à six heures du soir, je les ai pratiqués. Ils sévissent dans des boites soi-disant très fun, très djeuns où cela communique dur, … entre mâles bien blancs émargeant de façon massivement non gratuite dans les directions de programme. Quand une femme compétente de la diversité a une position de manager, ils se débrouillent pour lui mettre au-dessus un phallo du corporate. On appelle cela la position du missionnaire. Notre malheureuse manager se fait baiser par un type qui rampe dans les couloirs des grosses boites pour sucer toutes les bites disponibles. Ce sont ces gens-là qui financent torchon.fr, ne l’oubliez jamais. Faites ce que j’écris, mais ne venez pas voir la réalité de ce qui se passe dans nos entreprises. La communication compense-t-elle un manque ou est-ce un solde de tout compte ? Circulez, y’a rien à voir. Je suis la vertu mariée qui baise la responsable de la consolidation, fonction fellatrice prédestinée et névralgique de l’Entreprise. Je n’hésite pas à fouiller dans les petites culottes des consultantes en déplacement, les fonctions d’audit sont primordiales pour la bonne marche de mon organisation interne.

Misogyne moi ? Je traite tout le monde de la même façon : je vous emmerde tous sans distinction de genre, de sexes, de races, de couleurs, de fringues, de religion, de forme de braguette, de poils pubiens! Et vous ? Bande de maladementalophobes ! Pour le reste, 30 ans de communications « Anti-le Pen» des journalistes, résultat ? Le front national à 30%. 40 ans de communications pro européennes, résultat ? Le Brexit ! Réfléchissez bien les filles… Ceux qui vous veulent du bien veulent les premières places dans les assemblées. Rien n’a vraiment changé, les assemblées se sont transformées en groupe informe de moustique avachi et impuissant devant les étranges lucarnes dont on commence à constater les méfaits sur le long terme. Les journalistes en débitant doctement leurs salades communicantes se substituent à l’intellectualité du politique. Les élus du peuple sont obligés de s’abaisser devant l’homme de média. Ils abandonnent le terrain de l’intelligence et des valeurs qui leurs procuraient le respect du peuple et la légitimité pour conduire la chose publique. La France est malade de sa classe journalistique, elle a transmis le virus à la classe politique. Il n’est en effet plus besoin d’être intelligent ou de croire en des valeurs pour briguer les responsabilités suprêmes, il suffit de prendre les gens pour des crétins. Ce qui n’est malheureusement plus un mauvais calcul. Mais veut-on vraiment du calcul ? La jeunesse attend-elle cela ?


The deak Kennedys / california über alles.
Now it is 1984
Knock-knock at your front door
It’s the suede/denim secret police
They have come for your uncool post
Come quietly to the camp
You’d look nice as a drawstring lamp
Don’t you worry, it’s only a shower
For your clothes here’s a pretty flower.
DIE on organic poison gas
Serpent’s egg’s already hatched
You will croak, you little clown
When you mess with fucking journalists
When you mess with fucking journalists

Jacques brel
Je crois que foncièrement l’homme est un nomade. L’homme n’est pas un sédentaire. Je crois savoir, mais ce n’est pas prouvé, que le mot « vilain », au Moyen-âge, voulait dire « un homme qui habitait la ville ». Je trouve cela assez bien (sourire). Et je crois que l’homme est un nomade, il est fait pour se promener, pour aller voir de l’autre côté de la colline. Je parle de l’homme, du mâle. Je crois vraiment cela. Et je crois que, par essence, la femme l’arrête. Alors l’homme s’arrête près d’une femme et la femme a envie qu’on lui ponde un œuf. Toujours. Toutes les femmes du monde ont envie qu’on leur ponde un œuf. Et je comprends cela. Et puis on pond l’œuf. Alors l’homme, il est bien bon… Il est gentil, il calcule infiniment moins que la femme. Je ne dis pas que la femme est méchante, je dis que l’homme est con. Voilà ce que je dis. Et l’homme, il reste près de cet œuf. Et puis, il faut de la paille en-dessous, alors, l’homme, il va chercher de la paille à mettre en-dessous. Et puis, un jour, il pleut (rires). Alors il va chercher de la paille et il lui fait un toit. Et puis après, il y a des courants d’air, alors il bâtit des murs. Et puis après, il reste là.
Et l’homme est un nomade. Et toute sa vie, un homme normal, je crois, rêve de foutre le camp, d’espèces d’aventures, quel qu’il soit, même si le gars est fonctionnaire depuis 40 ans, quand on le voit un soir et qu’il essaie de se libérer un peu, il vous dit : « J’aurais voulu être pilote, j’aurais voulu être machin… » Tous les hommes ont envie de vivre quelque chose. Et les hommes ne sont malheureux que dans la mesure où ils n’assument les rêves qu’ils ont. Alors que la femme a un rêve : c’est de garder le gars. Ce n’est pas méchant (sourire), c’est un ennemi. C’est un merveilleux ennemi (sourire). Si tous mes ennemis étaient nus, qu’est-ce que je les aimerais… »

Jacques brel / Ne me quitte pas (ou je fais la gueule)

Sex pistols / Liar
I know where you go everybody you know
I know everything that you do or say
So when you tell lies I’ll always be in your way

I’m nobody’s fool and I know all
‘Cos I know what I know
You’re in suspension ,you’re a liar, You’re a liar, You’re a liar
Lie lie lie lie lie lie lie lie Lie lie lie lie liar you lie lie lie lie
Exode 23:1 : Tu ne répandras point de faux bruit. Tu ne te joindras point au méchant pour faire un faux témoignage.
Exode 23:2 Tu ne suivras point la multitude pour faire le mal; et tu ne déposeras point dans un procès en te mettant du côté du grand nombre, pour violer la justice.

I think you’re funny, you’re funny ha ha
I don’t need it don’t need your blah blah
Should’ve realized I know what you are
You’re in suspension, you’re in suspension, you’re in suspension
Mathieu 10.14 : Lorsqu’on ne vous recevra pas et qu’on n’écoutera pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville et secouez la poussière de vos pieds
Luc 15.8 : Ou quelle femme, si elle a dix drachmes, et qu’elle en perde une, n’allume une lampe, ne balaie la maison, et ne cherche avec soin, jusqu’à ce qu’elle la retrouve?

You’re a liar You’re a liar You’re a liar , Lie lie

Green day / American idiot
Don’t wanna be an American idiot.
Don’t want a nation under the new mania
And can you hear the sound of hysteria?
The subliminal mind : « fuck America. »
Welcome to a new kind of tension.
All across the alienation.
Where everything isn’t meant to be okay.
Television dreams of tomorrow.
We’re not the ones who’re meant to follow.
For that’s enough to argue.
Don’t want to be an American idiot.
One nation controlled by the media.
Information age of hysteria.
It’s calling out to idiot America.

Reiser


Scorpions / Still loving you
If we’d go again, all the way from the start
I would try to change the things that killed our love
Yes, I’ve hurt your pride, and I know what you’ve been through
You should give me a chance, this can’t be the end
If we’d go again, all the way from the start
I would try to change the things that killed our love
Yes, I’ve hurt your pride, and I know what you’ve been through
You should give me a chance, this can’t be the end
I’m still loving you
I’m still loving you
I’m still loving you
I need your love
I’m still loving you

….. : Bien, fin rock’n’roll, t’es dans la ligne, mais t’es pas un peu démago là ?
Louis : Si je termine pas là-dessus, les femens vont me sauter dessus !
…. : et alors ?